A l’aube du 21ème siècle, les troubles qui assaillent notre demeure terrestre.

Aujourd’hui dans un monde où l’on ne jure que par le billet vert, Marianne Nolard nous propose d’égayer d’une touche colorée une série de chèques. Cette touche personnelle de l’artiste nous rappelle, pour ceux qui la connaissent, son esprit vif au regard constamment fixé sur les nouvelles expressions artistiques et dénonciatrices.

Un autre article sur la même exposition:

Si l’invitation au voyage, l’évasion dans l’imaginaire et la perpétuelle recherche du renouveau devaient se trouver un interprète, c’est en l’artiste qu’elles se verraient glorifiées.

Aujourd’hui, Marianne Nolard s’atèle à un nouveau projet, l’illustration d’une série de chèques. Ce nouveau support n’est bien entendu pas innocent. Elle tente de nous rappeler que la valeur de l’argent avait pour essence l’échange virtuel de biens. Ainsi tente-t-elle de rappeler à l’homme sa véritable richesse, celle de la création et de l’échange et non celle de la possession.