Ce conte parle aux enfants de leur nécessité réelle des petits d’hommes,  « d’ Etre ».