Ce récit de Marianne Nolard nous interloque dès la première page, au niveau de la forme. Des espaces entre chaque vocable ne sont pas là par hasard. L’auteur appelle ces  intermèdes des moments de respiration que tout un chacun est amené à s’enquérir par nécessité du pensé (LP)