2007, Le Courrier de l’Escaut

L’artiste peintre Marianne Nolard à récemment été victime d’un acte de vandalisme, et même si on ne lui a rien volé, elle devra remplacer sa vitrine. Une situation difficile sachant que Mme Nolard vit seule et ne gagne pas des fortunes avec son activité de peintre. Il s’agit du troisième acte de vandalisme auquel dois faire face son Atelier. Sa réaction a été assez surprenante.

A.Vdc. – Vous avez décidé» d’adresser un message aux voleurs ?

M.N. – Oui, j’ai placé une affichette à l’entrée. Elle invite ceux qui ont brisé sa vitrine à entrer et à discuter. C’est une manière de faire réfléchir. Ce sont des adultes, il ne faut pas leur infliger une punition, mais les mener à la réflexion.

A.Vdc. – C’est la troisième fois que vous subissez ce genre d’agression gratuite….

M.N. – J’ai déjà retrouvé mes fleurs mortes, aussi, car on a déversé de la bière ou de l’apéritif dans les pots… Ceci dit, c’est moins grave qu’il y a une quinzaine d’années, où les gens vomissaient à nos portes.

A.Vdc. – Vous n’avez donc pas porté plainte contre ces vandales ?

M.N. – Non, je ne juge pas. Ce n’est pas la première fois que j’affiche des messages, dans un esprit purement citoyen. Si je peux faire réagir les gens, les pousser à réfléchir, tant mieux.

A.Vdc. – Marianne Nolard participera dès le week-end prochain à l’évènement « « Art dans la Ville ». Elle exposera ses Icônes, sur le thème du dialogue entre les religions.