Marianne Nolard est animée d’un désir constant de combattre le quotidien, l’immobilisme, lesquels. Sans prétention ni snobisme élitisme, elle tente de démontrer que l’art reste un moyen d’expression vivifiant. Dotée d’un esprit intuitif elle ouvre les portes sur un univers où la découverte surprend encore et dérange même parfois.

Elle touche à la philosophie, la poésie, le récit, le conte, la nouvelle, sans oublier son activité première : l’art plastique.

Dernièrement, avec la complicité d’amis de son quartier, elle s’est aventurée dans l’échange d’émotions où l’inconscient s’exprime, où elle ne joue qu’un rôle déclencheur. On se rend compte que la communication franchit un seuil d’interaction important.

Avec la fascination des couleurs et la manipulation des pastels ont donné des ailes aux participants leur permettant d’arriver à des résultats étonnants.

Extrait d’artcile paru dans le Nord Eclair

Réponse de l’artiste:

Ma lettre de remerciement aux gens du quartier.

Je voudrais profiter de l’occasion de cette rencontre pour remercier toutes les personnes qui ont bien voulu participer à ce mode d’expression graphique, dans ce petit coin du Quartier St. Pierre, et surtout pour vous remercier de la manière dont tout s’est enchainé avec un élan de convivialité où chaque chose est venue se greffer spontanément.

Je remercie tout spécialement, Véronique Evrard de l’Incrédule, Dario le boulanger et Marie-France sa femme ainsi que Paule et Georges chez qui vous êtes ce soir.

Je voudrais vous faire connaître ceux qui ont fait la sculpture sur laquelle vous avez été conviés à dessiner pendant le mois d’octobre à l’Incrédule : Arlette, Maurice, Jean-Marc et Vincent qui l’ont faite avec leur cœur.

Marianne Nolard